Aller au contenu

Des documents anciens donnent un aperçu unique de l’histoire magique de Malte

Crédit : Brill Publishing

Des charmes d’amour à l’élimination des démons et à la guérison des maladies, des documents anciens donnent un aperçu unique de la façon dont les riches et les pauvres de Malte ont utilisé la magie pour améliorer leur vie.

Des documents enregistrant le procès d’un esclave musulman traîné devant des inquisiteurs montrent des détails fascinants sur la société maltaise au XVIIe siècle.

Le malchanceux Sellem bin al-Sheikh Mansur a probablement été inculpé parce que ses pratiques magiques n’ont pas fonctionné comme l’espéraient ceux qui l’avaient payé. Commerçants, cordonniers, charpentiers et chevaliers pensaient que ses services guériraient leurs maladies ou leur trouveraient amour et richesse.

Ils ont comparu volontairement devant le bureau de l’Inquisition romaine à Malte au printemps et au début de l’été 1605 pour avouer qu’ils avaient employé Sellem pour faire de la magie pour eux.

Sellem a également été accusé de pratiquer d’autres types de magie plus savants. Vittorio Cassar, architecte et serviteur d’armes des Chevaliers de Saint-Jean, qui dirigeaient l’île à l’époque, a affirmé que Sellem lui avait enseigné une forme de divination appelée géomancie, qui impliquait de dessiner des points dans des motifs aléatoires, puis d’interpréter les résultats pour répondre aux questions sur l’avenir. Cassar a également donné aux inquisiteurs un traité qu’il prétendait avoir écrit sous la direction de Sellem. Il a affirmé que Sellem lui avait proposé de lui enseigner une forme de magie appelée en latin reuchania (de l’arabe rūḥāniyya), qui consistait à invoquer des démons.

Des témoins ultérieurs, comme un chevalier français de l’Ordre de Saint-Jean nommé Pietro La Re, ont déclaré que Sellem avait appelé des démons pour lui et avait récité des incantations d’un livre magique.

La procédure contre Sellem a été enregistrée dans un document d’essai, désormais conservé aux archives du chapitre métropolitain de Mdina, à Malte. La recherche est maintenant publiée dans un livre, « Magic in Malta, 1605: Sellem bin al-Sheikh Mansur and the Roman Inquisition », édité par Alex Mallett, et Dionisius Agius et Catherine Rider de l’Université d’Exeter.

Sellem a finalement admis pratiquer la guérison et aimer la magie pour certains clients, bien qu’il ait également déclaré qu’il ne connaissait pas vraiment la magie et que ses sorts étaient des « blagues » ou des faux, qu’il inventait pour gagner de l’argent auprès de chrétiens crédules. Il a admis avoir enseigné la géomancie à Cassar et a déclaré à l’Inquisition qu’il avait appris l’astrologie et la géomancie de son père au Caire. Cependant, il a nié à plusieurs reprises savoir comment invoquer des démons et a déclaré qu’il n’avait jamais possédé de livre magique. Même lorsque l’Inquisition l’a mis face à face avec ses accusateurs et a utilisé la torture, il a refusé d’admettre qu’il avait utilisé ces formes de magie plus graves et démoniaques. « Si je savais cela, » dit-il, « alors je ne serais pas esclave à Malte! »

Sellem a été reconnu coupable et condamné à défiler dans les villes de Birgu et de La Valette, puis attaché à un pilori sur la place principale de La Valette pendant une heure. Après cela, il a été renvoyé en prison pour une période inconnue et disparaît des archives historiques.

L’Inquisition à Malte a été établie par la papauté en 1542 par le biais de la bulle papale Licet ab initio, principalement en réponse à la menace perçue du luthéranisme, mais aussi comme moyen de protéger les fidèles catholiques d’une plus grande variété d’erreurs.

Le professeur Agius a déclaré: «À l’époque, les esclaves musulmans représentaient environ dix pour cent de la population. La liberté qui leur était accordée fluctuait. Elle était restreinte à des moments où on pensait qu’ils étaient trop familiers avec les femmes au foyer maltaises et ou qu’ils étaient impliqués dans des vols. On croyait que les esclaves impliqués dans le commerce avaient un effet négatif sur la morale et les croyances des femmes maltaises ; non seulement certains esclaves étaient considérés comme intimes avec les femmes maltaises, mais les potions magiques d’amour qu’ils vendaient étaient particulièrement dangereuses du point de vue de vue de l’Inquisition. Seul un très petit nombre d’esclaves auraient pu gagner beaucoup d’argent grâce à leurs activités, et ce qu’ils gagnaient était généralement dépensé en nourriture, vin, tabac, médicaments et femmes.

Le professeur Rider a déclaré: « Le cas de Sellem met en lumière les attitudes envers la magie au début du XVIIe siècle et donne un aperçu des pratiques et attitudes islamiques et nord-africaines envers la magie, ainsi que des formes de magie d’amour, de divination et de guérison que l’on trouve plus couramment chez les chrétiens. L’Europe. Elle nous renseigne aussi sur les relations quotidiennes entre chrétiens et musulmans à l’époque.



Fourni par l’Université d’Exeter

Citation: Des documents anciens donnent un aperçu unique de l’histoire magique de Malte (2022, 23 septembre) récupéré le 23 septembre 2022 sur https://phys.org/news/2022-09-ancient-documents-unique-glimpse-malta.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.