Aller au contenu

Le musée U of A lance une base de données en ligne pour explorer la collection

Photo soumise

Les collections du musée U of A sont devenues plus accessibles que jamais.

Du premier ordinateur sur le campus à une météorite tombée près de Fayetteville en 1934, le musée abrite une collection très variée de plus de 7,5 millions d’objets encapsulant l’archéologie, l’histoire, l’ethnologie, la géologie et la zoologie.

Une nouvelle ressource en ligne présentera ces collections.

Le personnel et les bénévoles du musée ont créé une base de données en ligne accessible au public. La base de données est hébergée par Omeka, une plateforme de partage de collections numériques et de création d’expositions en ligne riches en médias.

« La base de données transformera la façon dont les gens explorent et utilisent les collections », a déclaré Laurel Lamb, conservatrice et chef de projet. « Jusqu’à récemment, seule une base de données interne existait. Le personnel servait d’intermédiaire entre les chercheurs et cette base de données. Bien que le personnel continue avec plaisir d’aider les chercheurs comme toujours, le fait de mettre ces outils de recherche entre les mains du public élargira et améliorera usage. »

La nouvelle base de données est essentielle pour soutenir le travail du musée, qui se consacre à la préservation et au partage de la diversité de l’histoire culturelle et naturelle de la Terre, de manière inclusive pour l’Arkansans et tout au long de la recherche active, de l’éducation et de la sensibilisation. Lors de l’établissement de la base de données, Lamb a déclaré que le terme « tous » était au premier plan de son esprit.

« Que vous parcouriez les points forts du musée par curiosité ou que vous réduisiez des objets spécifiques pour un projet de recherche, il a été développé pour un large éventail d’objectifs et d’utilisateurs », a déclaré Lamb.

La communauté du campus de l’U of A est particulièrement encouragée à accéder à cette ressource. Depuis ses débuts en tant que collection d’enseignement dans les années 1870, le musée a longtemps accueilli des étudiants et des professeurs de l’U of A. Au cours du premier mois du semestre d’automne, trois classes distinctes d’histoire de l’art ont déjà visité les collections pour étudier des matériaux culturels du monde entier. La fourniture d’un accès numérique aux objets via la base de données améliorera ces expériences.

La ressource encouragera également de nouveaux utilisateurs. Par exemple, les étudiants peuvent s’engager dans des expériences de recherche uniques et inattendues tandis que les membres du corps professoral peuvent trouver l’inspiration pour leurs cours grâce à des matériaux tangibles qui améliorent l’apprentissage.

Lamb a déclaré que deux étudiants avaient déjà intégré la base de données dans des projets.

Ruth Walters, étudiante de première année en science des données, a commencé à faire du bénévolat au musée au cours de l’été. Elle a participé à l’examen et à la révision des entrées de la base de données. Au fil du temps, elle a remarqué que le musée détenait une importante collection d’escargots coniques. Elle s’est concentrée sur ces entrées de spécimens et a créé une exposition numérique d’accompagnement avec des photographies qui renvoient à des entrées spécifiques de la base de données.

« En faisant la transition de la collection de l’Université de l’Arkansas vers un environnement virtuel, notre objectif est de tester les limites de ce qui définit une exposition de musée – permettant à ceux qui ne peuvent pas se rendre dans un musée de « parcourir » une exposition », a déclaré Ernest Gann. , président du conseil consultatif du musée, en référence aux expositions à venir présentées sur la nouvelle ressource. « Je crois qu’Omeka est une merveilleuse ressource pour nous aider à accomplir cela et à voir la vision du musée se réaliser. »

Garrett Sherman, major principal en histoire, développe actuellement un projet différent – ​​une chronologie interactive qui contextualisera des matériaux archéologiques romains spécifiques dans les collections dans le cadre d’événements historiques plus importants qui se produisaient autour d’eux. Chaque objet présenté sera directement lié à ses entrées de base de données pour ceux qui souhaitent en savoir plus.

« Mon expérience avec Omeka m’a beaucoup appris », a déclaré Sherman. « L’intégration éventuelle d’Omeka dans mon projet de chronologie permettra une expérience plus profonde et plus éducative lors de la visualisation et de l’accès au projet. »

David McNabb, doyen associé par intérim du Fulbright College, a félicité le personnel et les bénévoles du musée pour leur travail visant à apporter cette ressource à l’université et à l’État.

« Ce groupe travaille dur depuis des mois pour rendre cette ressource accessible, publique et facile à utiliser – et leur travail transformera la façon dont nous explorons les artefacts et les objets de l’impressionnante histoire d’innovation, de recherche et de service de l’Université de l’Arkansas », dit Mc Nabb. « J’ai hâte de voir comment nos étudiants, enseignants et chercheurs tirent parti de cette nouvelle ressource incroyable. »

Avec une collection aussi vaste dans le musée, il reste encore de nombreuses entrées non encore publiées. Cependant, de nouveaux sont ajoutés chaque semaine dans le but de rendre l’ensemble de la collection consultable par tous.

Cliquez ici pour visiter cette nouvelle ressource passionnante ici.

Pour en savoir plus et parler avec le personnel du musée, contactez Laurel Lamb à lalamb@uark.edu / 479-575-4370.

À propos du musée de l’Université de l’Arkansas : Le musée de l’Université de l’Arkansas est une unité administrative du Fulbright College of Arts and Sciences. Les professeurs de l’université peuvent demander des prêts de spécimens pour leurs cours ou prendre des dispositions pour amener leurs cours en visite. Les spécimens et leur documentation associée sont disponibles à des fins de comparaison et de recherche par les professeurs, les étudiants qualifiés et les chercheurs invités. Le musée remplit également sa mission de service public et de sensibilisation par le biais de programmes d’engagement communautaire et de prêts à d’autres institutions pour des expositions. La visite des collections nécessite un rendez-vous avec le personnel du musée. En savoir plus sur le site du musée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.