Aller au contenu

Les femmes en situation d’insécurité alimentaire peuvent être plus à risque de développer une dépendance aux aliments hautement transformés

Une nouvelle étude dans le Journal de l’Académie de nutrition et de diététique, publié par Elsevier, constate que les femmes en situation d’insécurité alimentaire signalent plus fréquemment des symptômes de dépendance alimentaire, tels que la consommation compulsive de certains types d’aliments, des tentatives infructueuses de réduction et des symptômes de sevrage. Une étude plus approfondie des mécanismes de dépendance peut être une approche intéressante pour comprendre la relation entre l’insécurité alimentaire et la surconsommation d’aliments transformés.

Les familles en situation d’insécurité alimentaire ont souvent un accès limité aux aliments riches en nutriments comme les fruits, les légumes et les protéines maigres, et un meilleur accès aux aliments moins chers, hautement transformés et riches en glucides raffinés et en graisses. La recherche a montré que les aliments hautement transformés peuvent activer les réponses de récompense neurales.

Une ligne de recherche émergente suggère que les aliments hautement transformés peuvent déclencher des processus de dépendance pouvant conduire à un schéma compulsif de suralimentation, avec des conséquences importantes sur la santé physique et mentale. Nous savons que les personnes souffrant d’insécurité alimentaire sont plus susceptibles de vivre dans un environnement dominé par ces aliments hautement transformés et sont plus fortement ciblées par l’industrie alimentaire. Nous avons émis l’hypothèse que les personnes souffrant d’insécurité alimentaire pourraient être plus à risque de développer une dépendance aux aliments hautement transformés, mais personne n’avait auparavant enquêté là-dessus. »

Lindsey Parnarouskis, MS, premier auteur, doctorant, Département de psychologie, Université du Michigan, Ann Arbor, MI, États-Unis

L’étude comportait une analyse secondaire des données recueillies dans deux études antérieures. L’étude Maternal Adiposity, Metabolism and Stress (MAMAS), menée entre août 2011 et juin 2013, a enquêté sur une intervention de huit semaines basée sur la pleine conscience sur le gain de poids gestationnel chez des femmes enceintes à faible revenu en Californie. Les participants étaient des individus avec un indice de masse corporelle dans la gamme de surpoids ou d’obésité, avec un revenu du ménage 500% inférieur aux directives fédérales américaines sur la pauvreté. La Family Food Study (FFS), menée entre septembre 2018 et décembre 2019, a étudié les familles à faible revenu du Michigan pour évaluer les associations entre l’insécurité alimentaire, la prise de poids des enfants et la prise de poids de la mère. Les participants étaient des soignants identifiés comme des femmes adultes avec des enfants âgés de 8 à 10 ans et un revenu du ménage inférieur à 200 % des lignes directrices fédérales américaines sur la pauvreté.

La sécurité alimentaire a été mesurée à l’aide du module américain sur la sécurité alimentaire des ménages. Il évalue la fréquence des expériences d’insécurité alimentaire, comme se demander si la nourriture s’épuiserait avant que plus d’argent n’arrive pour en acheter plus ou réduire la taille des repas ou sauter des repas parce qu’il n’y avait pas assez d’argent pour acheter de la nourriture. La dépendance alimentaire a été mesurée par l’échelle de dépendance alimentaire de Yale (YFAS), un outil qui utilise les critères de troubles liés à l’utilisation de substances de la Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), adapté au contexte des aliments hautement transformés. L’étude MAMAS a utilisé le YFAS original basé sur le DSM-IV ; l’étude FFS a utilisé une version modifiée basée sur le DSM-5. L’utilisation de différentes versions de l’YFAS comme mesure des résultats signifie que ces résultats ne peuvent pas nécessairement être comparés de manière significative entre les échantillons.

Les chercheurs n’ont trouvé aucune différence démographique significative entre les participants des ménages en sécurité alimentaire et ceux en situation d’insécurité alimentaire. Les participants des ménages en situation d’insécurité alimentaire dans les deux échantillons ont signalé beaucoup plus de symptômes de dépendance alimentaire que les participants des ménages en situation de sécurité alimentaire. Dans MAMAS, les femmes enceintes vivant dans des ménages en situation d’insécurité alimentaire présentaient 21 % de symptômes de dépendance alimentaire en plus que les personnes issues de ménages en situation de sécurité alimentaire. Dans le FFS, les soignants des ménages en situation d’insécurité alimentaire présentaient 56 % plus de symptômes de dépendance alimentaire que les soignants des ménages en situation de sécurité alimentaire.

« L’une des principales forces de l’étude est que nous avons observé des associations cohérentes dans deux échantillons distincts de femmes adultes à faible revenu avec une forte prévalence d’insécurité alimentaire », observe la chercheuse principale Cindy W. Leung, ScD, MPH, professeure adjointe de nutrition en santé publique. , Harvard TH Chan School of Public Health, Boston, MA, États-Unis. « Malgré les données recueillies dans différentes régions géographiques, à différentes périodes et à différentes étapes de la parentalité ou de la prestation de soins, la similitude des associations suggère que ce lien entre l’insécurité alimentaire et la dépendance alimentaire est préoccupant et mérite une enquête plus approfondie. »

Mme Parnarouskis note que, puisqu’il s’agit de la première étude à signaler cette association, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour reproduire ces résultats préliminaires et tester dans d’autres échantillons afin de les généraliser à l’ensemble de la population, en particulier parce que YFAS n’a pas été validé psychométriquement dans l’une ou l’autre des situations d’insécurité alimentaire. ou les femmes enceintes. Il est possible que l’approbation des symptômes de dépendance alimentaire chez les personnes souffrant d’insécurité alimentaire reflète une augmentation des besoins hédoniques de manger tous les aliments disponibles, et pas seulement les aliments hautement transformés généralement impliqués dans la dépendance alimentaire.

Dans un éditorial d’accompagnement, l’auteur principal Kara A. Christensen, PhD, Département de psychologie, Université du Nevada, Las Vegas, NV, États-Unis, et les coauteurs soulignent la nécessité de tests qualitatifs et quantitatifs supplémentaires des mesures évaluant les comportements alimentaires pour valider leur utilisation. dans les populations en insécurité alimentaire. En outre, ils exhortent les chercheurs à travailler ensemble pour effectuer des validations psychométriques des mesures du comportement alimentaire qui intègrent les identités intersectionnelles communes aux personnes en situation d’insécurité alimentaire.

Le Dr Christensen et ses coauteurs soulignent que « compte tenu des raisons pour lesquelles les mesures du comportement alimentaire telles que l’YFAS pourraient éventuellement capturer différentes constructions chez les personnes souffrant d’insécurité alimentaire, il faut être prudent dans l’interprétation des résultats à l’aide de ces mesures pour éviter de trop pathologiser ou de mal classer les comportements. Ainsi, pour faire progresser la compréhension des comportements alimentaires inadaptés dans ces populations et renforcer la confiance dans les résultats, davantage de tests psychométriques des mesures sont nécessaires dans les populations en situation d’insécurité alimentaire.De telles études amélioreront la capacité du domaine à comprendre les phénomènes liés à l’insécurité alimentaire et à tirer des conclusions qui peuvent avoir un impact positif santé publique, nutrition et diététique, politique publique et traitement de la santé mentale.

« Si les familles à faible revenu ont un accès disproportionné à des aliments susceptibles de créer une dépendance, cela représente un problème de justice sociale important, au même titre que le manque d’accès à l’eau potable ou à un logement adéquat, qui doit être résolu par une politique systémique et des changements environnementaux », conclut le Dr Leung. « Nous avons besoin de plus de recherches sur les mécanismes qui poussent cette association à éclairer les politiques pour garantir que les gens ont un accès équitable à des aliments nutritifs. »

La source:

Référence de la revue :

Parnarouskis, L., et coll. (2022) Association des symptômes d’insécurité alimentaire et de dépendance alimentaire : une analyse secondaire de deux échantillons de femmes adultes à faible revenu. Journal de l’Académie de nutrition et de diététique. doi.org/10.1016/j.jand.2022.04.015.

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.