Aller au contenu

sommet produit 130 engagements nationaux et une facilité de financement pour l’éducation | Nouvelles | Centre de connaissances sur les ODD

Le Secrétaire général des Nations Unies a convoqué le Sommet Transformer l’éducation, qui a vu plus de 130 pays s’engager à « redémarrer leurs systèmes éducatifs et à accélérer l’action pour mettre fin à la crise de l’apprentissage ». Parmi les principales initiatives lancées lors du Sommet figure la Facilité internationale de financement pour l’éducation (IFFEd), qui fournira un montant initial de 2 milliards de dollars en « financement supplémentaire abordable » pour les programmes d’éducation.

Le Sommet s’est déroulé dans le contexte d’une crise d’apprentissage causée par la pandémie de COVID-19. On estime que depuis 2020, certains 147 millions d’élèves ont manqué plus de la moitié de leur enseignement en personne et en 2021, 244 millions d’enfants et de jeunes n’étaient pas scolarisés. Alors que la moitié de tous les pays réduisent leurs budgets d’éducation, plus de 90 % des enfants du monde ont subi des revers dans leur éducation depuis le début de la pandémie.

Les engagements sont le résultat de 115 consultations nationales au cours desquelles des dirigeants, des enseignants, des étudiants, la société civile et d’autres partenaires ont élaboré des recommandations collectives sur « les demandes les plus urgentes ». Selon un communiqué de presse de l’ONU, près de la moitié des pays donnent la priorité aux mesures visant à lutter contre la perte d’apprentissage. Un tiers s’engage à soutenir le bien-être psychosocial d’élèves et d’enseignants. Deux pays sur trois font référence à des « mesures visant à compenser les coûts directs et indirects de l’éducation pour communautés économiquement vulnérables », et tout autant soulignent l’importance des politiques et des approches sensibles au genre en matière d’éducation.

L’événement de trois jours comprenait:

  • dirigé par des jeunes Journée de mobilisation le 16 septembre, où les défenseurs de la jeunesse ont partagé une déclaration de la jeunesse, exposant les engagements des jeunes pour l’action sur l’éducation et les recommandations aux décideurs politiques sur la transformation qu’ils souhaitent voir, comme l’inclusion des jeunes dans la conception et la mise en œuvre des politiques d’éducation en tant que partenaires, pas seulement bénéficiaires, et investir dans le leadership des jeunes et dans une éducation transformatrice en matière de genre ;
  • un Journée des solutions le 17 septembre, qui réunissait des acteurs de la société civile et du secteur privé, ainsi que d’autres acteurs de l’éducation, mettant en évidence des solutions autour de cinq « pistes d’action thématiques » : des écoles inclusives, équitables, sûres et saines ; apprentissage et compétences pour la vie; travail et développement durable; les enseignants, l’enseignement et la profession enseignante; l’apprentissage numérique et la transformation ; et financement de l’éducation; et
  • organisé immédiatement après le SDG Moment de cette année, un Journée des dirigeants le 19 septembre, lorsque les pays ont annoncé leurs engagements nationaux à transformer l’éducation.

S’adressant au Sommet, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a souligné cinq domaines d’attention : 1) protéger le droit à une éducation de qualité pour tous, en particulier les filles ; 2) se concentrer sur les rôles et les compétences des enseignants ; 3) veiller à ce que les écoles deviennent des espaces sûrs et sains, sans place pour la violence, la stigmatisation ou l’intimidation ; 4) veiller à ce que la révolution numérique profite à tous les apprenants ; et 5) stimuler le financement de l’éducation et la solidarité mondiale.

António Guterres a publié la Déclaration de vision du Secrétaire général ouvrant la voie à l’éducation au 21e siècle. La Déclaration sert de contribution aux négociations en vue du Sommet du futur en 2024.

Le Secrétaire général et Envoyé spécial des Nations Unies pour l’éducation mondiale, Gordon Brown, a lancé l’IFFEd, développé en partenariat avec les gouvernements de la Suède, du Royaume-Uni et des Pays-Bas ainsi que des banques régionales de développement. On estime que la facilité pourrait débloquer 10 milliards USD de financement supplémentaire d’ici 2030.

Parmi les autres initiatives annoncées lors du Sommet, mentionnons :

  • Gateways to Public Digital Learning, une initiative mondiale multipartenaires visant à créer et à renforcer des plateformes et des contenus d’apprentissage numérique inclusifs, lancée par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ;
  • un engagement à agir sur l’éducation en situation de crise, par les États membres et les partenaires, cherchant à transformer les systèmes éducatifs pour mieux prévenir, préparer, répondre et se remettre des crises ; et
  • un Greening Education Partnership, qui vise à préparer les apprenants à « acquérir les connaissances, les compétences, les valeurs et les attitudes nécessaires pour lutter contre le changement climatique et promouvoir le développement durable ».

Le Comité directeur de haut niveau de l’ODD 4 est responsable du suivi du Sommet, notamment en contribuant à la dimension éducative du Sommet du futur, afin de façonner davantage l’avenir de l’éducation et d’atteindre les objectifs éducatifs du Programme 2030. Le Comité « continuera de suivre les progrès, de promouvoir et de faciliter l’échange de connaissances et de pratiques, d’impliquer les jeunes et de défendre la coopération intersectorielle et multilatérale ». [Transforming Education Summit Website] [UN News Story] [UN Press Release Ahead of the Summit] [UN Press Release on the Summit’s Outcomes]

.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.